• visuel1
  • visuel2
  • visuel3
  • visuel4
  • visuel5
  • visuel6
  • visuel7
  • visuel8
  • visuel9
  • visuel9
  • visuel9
  • visuel9
  • visuel9
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13

Christine Horman

On vous partage ici les mots de notre artiste complice. Ils résonnent avec ce que nous vivons tous et toutes.

 

Merci à Christine Horman pour cette année de rencontres nourrissantes, de découvertes et d'émerveillements.
 
Nous avons suivi Orphée main dans la main avec Eurydice, nous avons tendu l’oreille aux rêves de la Belle endormie. Bientôt, nous allions plonger dans le bain de Mélusine et pénétrer sur la pointe des pieds dans les tableaux de Frida Kahlo.
 
Le cycle « Voir danser l’âme », invitation à voyager au cœur des récits en compagnie de Don Fabulist, Peter Hoelvoet-Hanssen, Vi Indigaïa, Csilla Kemeczei et les participantes (des femmes ; - ) et quelles femmes !) est suspendu pour cause de confinement. Notre dernier week-end « Le corps en expansion » n’aura pas lieu. Rendez-vous en 2021. Merci à la Maison du conte et de la littérature.
 
Je vole un temps au temps suspendu, et visite encore et encore le tableau de Frida Kahlo "La colonne brisée". J’effleure, pour ne pas blesser d’avantage, la peau cloutée. Je bouge à peine, je redoute l’écroulement de l’édifice central. Je pleure dans les yeux de Frida mon chagrin, tout autour désolation et silence, la douleur est l’unique sensation. Et pourtant ! La force d’un regard déterminé murmure : Je sais le secret du corps.
 
Frida Kahlo, immobile, peignait l’image reflétée par le miroir fixé au-dessus du lit. Quand le corps est douloureux, il y a économie, gestion, anticipation et enfin, déploiement du geste attendu. Au diable les secousses ! Je l’imagine rêvant patiemment chaque trait de pinceau, un pinceau extension du corps entravé. De trait en trait, d’apparition en apparition, je devine l’âme de Frida. La vie est sur, dans, autour, tout autour, des tableaux de Frida Kahlo. La vie est dans le rayonnement intense de son corps entravé, blessé. L’art de Frida, est-il la mise à vue des limites du corps ?
 
L’atelier « Le corps en expansion » est une invitation par le mouvement dans l’intimité du corps, une exploration des entraves, des besoins, des blessures, des exigences, du rythme, des limites, de la beauté, de la grâce, du rayonnement du corps. Comment avec nos corps éphémères toucher l’éternité ?
 
Serons-nous autres, en 2021 ?
 
Parce qu’il y aura eu économie, gestion, anticipation des mouvements, parce qu’il y aura eu l’expérience de la mobilité réduite, de la solitude des corps. Nous serons autres.
 
Parce que finirons les injonctions qui épuisent le corps : sois performant, sans douleur, sois lisse et proportionné, séduisant, libre de tes mouvements, sois audible, silencieux, invisible, sois productif, efficace, sois valide et tais-toi ! Nous serons autres.
 
Parce que le spectacle sera toujours vivant. Si les corps manquent, nous raconterons en voix dans l’instant, si les déplacements sont impossibles, nous raconterons en proximité. Nous serons autres.
 
Parce que tout partira du cœur, du creux du corps, celui qui nécessite soin, attention, lenteur, soutien. Nous serons autres.
 
Parce que l’étalon de nos sociétés sera le fragile, le silencieux. Parce que le temps s’écoulera au rythme des corps lents. Parce que nous passerons nos après-midis au soleil, couchés les uns contre les autres en amour. Nous serons autres.
 
Parce que l’exigence ne sera plus l’adaptation à une société inhumaine, mais le désir d’entendre chaque fluctuation des cœurs, des corps, des sons et de mots. Parce que nous naviguerons vers des mondes inconnus. Nous serons autres.
 
Parce que nous serons autres. Nous saurons le secret du corps.

Christine Horman

 
 
  
 A rebours, c’est toujours à rebours que le sens se donne, je revois le moment où quelque chose s’est ouvert en moi, une part inexplorée, avide de visite. Il y a une quinzaine d’années, lors d’une conférence de Nicolas Bornemisza, penseur junguien, je l’ai entendu dire: « Les rêves parlent la langue de l’âme, comme les mythes et les contes ». Christine Horman
 
Etre l’artiste complice c’est convier un artiste de la parole à nous livrer sa vision du terrain, à partager sa dimension personnelle des arts du récit en abordant des thématiques et des pratiques qui lui sont proches. L’idée est de donner un autre regard, une impulsion à notre travail et plus largement donner goût et accès à l’infinie diversité que nous offre l’art de la parole. L’artiste complice créé et recrée du lien, souffle sur les idées reçues et par son élan, instille une nouvelle inspiration.
 
L'équipe de la Maison du Conte et de la Littérature
 
 
L'artiste complice de la saison 2019-2020 est Christine Horman
Voir danser l'âme est la thématique qu’elle a choisie de mener avec notre complicité.
 
Artistes & personnalités associées:  Csilla Kemenczei (Psychanaliste), Peter Holvoet-Hanssen (Poète) Don Fabulist (Conteur), Vi Indigaïa (Conte, mouvement, chant, paroles).
 
Les rêves parlent la langue de l’âme, comme les mythes et les contes 
 
La langue de l’âme ? L’âme ? Mais qu’est-ce donc ??? Le mystère de cette phrase me fascine dans un joyeux mélange d’évidence et d’opacité.

J’ai suivi plusieurs séminaires d’interprétations des rêves avec Nicolas Bornemisza, fait une formation en art thérapie avec la psychanalyste junguienne Csilla Kemenczei, formation basée sur l'exploration intime du contenus symboliques des mythes et des contes. 
Sur mon chemin se trouvaient conteuses, conteurs, histoires et personnages, elles/ils m’ont ramenée vers la création.
 
Mon métier de conteuse m’emmène loin, au creux de mes rêves, au cœur des récits, des légendes, des contes, de la poésie, là où une âme se devine, là où parle sa langue. La langue de l’âme. Cette langue nous vient d’un monde vaste, inconnu, impossible à embrasser dans sa totalité. Elle est la voix d’un monde où l’on ne se promène qu’en silence, émerveillé.e.s . Parfois le murmure de l’ailleurs ouvre une porte qui donne sur notre maison. Alors, en de rares moments, pour nous, immobile sur le souffle du silence, l’âme danse.
 
Voir danser l’âme. C’est entendre ronfler l’ogre à côté du Petit Poucet, entrer dans le rêve de La Belle au bois Dormant, bruler du souffle du dragon, voguer vers le Pays de la mort. Voir danser l’âme, c’est plonger dans une histoire. Là où résonne le silence, immobile. Voir danser l’âme, est une invitation, l’invitation à voyager au cœur des récits.
 
Tout au long de l’année, outre la Maison du Conte et de la Littérature et le public, mes compagn.es.ons de voyage seront Csilla Kemenczei, Peter Holvoet-Hanssen, Don Fabulist et Vi Indigaïa.
 
 
Je remercie la maison du conte et de la littérature de me donner l’opportunité de questionner et partager ma passion. Je nous souhaite une année riche en aventures, rencontres, et autres récits.
 
Christine Horman  
 

PORTRAIT de Christine Horman 

Conteuse. Penseuse de l’intime
Co-créatrice avec Don Fabulist de "Les Fantômes Bipolaires"

Une des "Femmes conteuses ambivalentes contemporaines" de Sistas, rencontres artistiques annuelles organisées par Myriam Pellicane.

 

De bouche à oreille les histoires, les légendes, les récits sont là. Je prends le temps de leur tourner autour, de m'assoir et rêver. Avec le public, les écoutants, les passionnés sur de nouveaux chemins, j'avance.

Voir les sons, écouter le silence, entendre l'immobile, montrer l'ailleurs, frôler les morts, plonger dans la vie, trouver mots aux paroles, tel est mon métier de conteuse.

Je tends l’oreille, Mélusine murmure Sois entière et aime ta part monstrueuse, Héphaïstos crie Sors de la grotte où tu caches ta difformité, ils parlent et vivent pour moi. J’aime croire quand je raconte, que c’est Peter Pan, apparu dans mes rêves au bon moment, qui m’a emportée là, devant des gens disponibles et à l’écoute, là où je peux rendre au monde ce qui lui appartient…

 

Suivez notre artistes complice et découvrez son univers tout au long de la saison! Bienvenue!
 
 
 
Plus d'informations 
 
 
    
 
 
 

 






Agenda

22/07/2020 > 22/07/2020


FAMILLE: Petite forme: Le vélo Kamishibaï - BEAUVECHAIN

Le vélo Kamishibaï avec Julie Gaudier Si on partait sur les chemins, des images et du récit à bicyclette. Dessin animé au ralenti ou c’est la voix qui donne vie...


Savoir plus


25/07/2020 > 25/07/2020


FAMILLE: Petite forme: Le vélo Kamishibaï - JODOIGNE

Dans le cadre du Festival RE'SORS: Durant tout l'été 2020, des spectacles, des concerts, des installations artistiques, des ateliers et des animations qui font vivre le centre...


Savoir plus


25/07/2020 > 25/07/2020


FAMILLE: Les p'tits pieds en éventail

Dans le cadre du Festival RE'SORS: Durant tout l'été 2020, des spectacles, des concerts, des installations artistiques, des ateliers et des animations qui font vivre le centre ville de...


Savoir plus


Actualités

Inscrivez-vous ci-dessous et recevez par courriel des invitations à nos événements